in

À partir de quel âge les enfants peuvent-ils être gênés par la nudité de leurs parents ?

© Pixabay
⌈Mise à jour du 21/05/2019⌋

Il arrive parfois aux parents d’apparaître nus devant leurs enfants, notamment lorsqu’ils prennent leur bain avec les plus petits pour partager ce moment avec eux sans courber le dos !

À partir de quel âge les enfants peuvent-ils être gênés par la nudité de leurs parents ?

L’âge de la conscience du sexe et de la gêne

La pudeur est quelque chose de très subjectif. Même si la plupart des personnes évitent de se montrer nues devant leurs enfants à partir d’un certain âge, d’autres parents choisissent de les élever dans une tout autre conception, plus ouverte de la nudité et de la pudeur. Les psychologues et psychanalystes ont leur avis sur le sujet.

Selon eux, les enfants de 3 à 5 ans ne se sentent pas gênés face à la nudité de leurs parents. C’est à partir de 4 ou 5 ans que l’enfant devient plus curieux. Il commence à parler et à poser des questions, notamment sur les parties génitales. À vous de juger si vous avez envie d’y répondre ou d’attendre quelques années !

Le moment de l’Œdipe : là où les limites se posent

Avant 5 ans, les enfants connaissent ce qu’on appelle le complexe d’Œdipe, ou la période de l’Œdipe. Une période où ils manifestent une attention particulière au parent de sexe opposé. En effet, aux alentours de 4 ans, les enfants ont commencé à comprendre la différence entre un garçon et une fille, entre papa et maman. La petite fille voudra se rapprocher de son père et le garçon, de sa mère.

Attention : l’attirance vers le parent de sexe opposé n’est pas une règle absolue, seulement la plus commune. L’enfant peut aussi manifester un besoin d’attention vers le parent de même sexe (l’on parlera alors d’Œdipe inversé) sans que cela ne pose de problèmes.

Si l’enfant adopte des gestes trop intimes et gênants (mains sur les seins, bisou sur la bouche, etc.), prenez un peu de distance. Faites comprendre à l’enfant que ces gestes ne sont pas appropriés, car vous êtes son papa ou sa maman. Vous replacez ainsi vos rôles de parents et d’enfants. Mais dites les choses gentiment, et avec délicatesses. Un mauvais mot à ce moment-là du développement, et vous risquez la catastrophe. Il ne faut pas que l’enfant comprenne que ce sont des choses sales et interdites « pour la vie » !

parents ddimitrova / 74 photos
© ddimitrova / Pixabay

Laisser l’enfant avoir confiance en lui, et en vous !

À partir de 6 ans, et parfois même un peu avant, l’enfant peut se laver et s’habiller tout seul. Vous ne devez plus l’obliger à être regardé ou surveiller lorsqu’il prend sa douche. Faites évidemment attention, car les accidents peuvent très vite arriver, mais ne le brusquez pas en lui imposant votre présence ou vos touché.

Pensez qu’il commence à se sentir « comme un grand » et qu’en tant que grand il n’a plus à être assisté de la sorte. Conseillez-le, aidez-le quand il le demande, mais ne l’obligez pas. Jamais. Il aura ainsi confiance en vous, mais aussi — et surtout — en lui !

7 ans : l’âge de la découverte du plaisir

D’après les psychologues et psychanalystes, spécialistes de la santé et du développement mental, c’est à partir de 6/7 ans, en moyenne, que l’enfant prend conscience des zones érogènes de son corps. Ils commencent à l’explorer et à découvrir par eux-mêmes le plaisir de nature sexuelle.

Note : « sexuel » est un bien grand mot. La sexualité à ce moment-là n’est absolument pas comparable à celle d’un adulte. Elle n’est pas comparable est ne doit, d’ailleurs, jamais être comparée à celle d’un adulte. À cet âge-là, la sexualité recouvre le champ des plaisirs, des sensations de bien-être, des câlins, des caresses.

Il est préférable d’éviter de se montrer nu à ces enfants à partir de cet âge. C’est aussi l’âge des premiers « amoureux » ou « amoureuses » à l’école, et parfois des premiers baisers sur la bouche. À 7 ans, les enfants sont déjà capables de tomber amoureux et ils savent parfois « comment on fait les bébés ».

lumière-fille-Pixabay
©️ huweijie07170 / Pixabay

De la pudeur au désir

9/11 ans : l’âge de la pudeur

Vers l’âge de 9 ans pour la petite fille et 11 ans pour le garçon, l’enfant devient pudique, il commence à s’enfermer dans la salle de bains ou dans sa chambre pour ne pas qu’on le voie nu et pour ne plus voir ses parents nus. C’est aussi l’âge où il comprend pourquoi il doit frapper avant d’entrer dans la chambre de ses parents et pourquoi certaines choses concernant la sexualité lui sont interdites à cause de son jeune âge.

La plupart du temps à cet âge, les jeunes enfants sont dégoûtés par les marques d’affection qui se déroulent sous leurs yeux, ou qui leur sont adressées, et ne s’intéressent pas davantage à l’autre sexe.

Toutefois, dans d’autres cas, ils peuvent être précoces, mais ce n’est rien de grave. Pas d’inquiétudes les parents ! Il peut par contre arriver que l’enfant fasse preuve d’une vivacité d’esprit déconcertante. Il pourra notamment évoquer le fait que, dans certains pays, les petites filles se marient parfois entre 10 et 14 ans. Il faut alors leur expliquer que ces mariages sont forcés, sous le poids d’anciennes traditions. Ces fillettes préféreraient très certainement continuer d’aller à l’école et de jouer avec leurs copin/e/s.

Un conseil, laissez-les encore un peu dans l’ignorance — même si aujourd’hui cela est difficile — et n’évoquez pas les mariages d’enfants plus jeunes encore. Ne tentez pas non plus d’aborder la grossesse infantile issue d’actes pédophiles. Nos enfants sont des enfants, laissons-leur encore un peu de candeur.

12 ans : l’âge du désir

À partir de 12 ans environ, les préadolescents prennent conscience du désir sexuel. Inutile de les surveiller en permanence, ils arriveront à se débrouiller sans vous ! Si votre préado vous pose des questions ou que vous sentez qu’il a besoin d’en parler, répondez à ces questions et parlez-lui des structures spécialisées comme le Planning Familial. Ces lieux sont chargés de distribuer gratuitement des moyens de contraception et de faire de la pédagogie. Parlez-lui également de l’importance de se protéger pour éviter les grossesses, ainsi que les maladies et infections sexuellement transmissibles (IST, MST).

Malgré tout, veillez à toujours respecter son intimité et sa volonté. Vous ne devez pas empiéter ou prendre de l’avance  sur son besoin de réponses. En effet, en faisant précéder la réponse à la question, vous risqueriez de lui imposer une obligation : passer à l’acte. Alors, laissez-le se développer, à son rythme.

Selon l’Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé (INPES), l’âge moyen du premier rapport sexuel est de 16,8 ans, mais 27% des jeunes ont connu leur première fois avant 16 ans.

Source

Articles liés :

Enfants : quand faut-il les emmener chez le psy ?

Les 5 blessures émotionnelles de l’enfance qui façonnent notre vie

Deuxième enfant : comment aider l’aîné à l’accueillir ?