in

Saignements après un rapport sexuel : 5 causes possibles

Crédits :AtlasStudio/ istock

S’il vous arrive d’avoir des saignements après un rapport sexuel et que vous vous interrogez sur leurs causes, cet article pourra vous éclairer. Même si la plupart du temps ils s’avèrent être bénins, des saignements réguliers après les rapports doivent être surveillés. 

Une sécheresse vaginale

Lorsque votre vagin n’est pas assez lubrifié à cause d’un traitement ou de préliminaires trop rapides par exemple, les frictions lors d’un rapport sexuel peuvent irriter la paroi vaginale et entraîner un saignement.

L’ectropion

L’ectropion est un terme utilisé pour désigner l’érosion du col de l’utérus. Il s’agit la plupart du temps d’une pathologie tout à fait bénigne qui disparaît spontanément. Lors d’un ectropion, le tissu recouvrant la paroi du col de l’utérus est tourné vers l’extérieur, et sera donc en contact avec les sécrétions vaginales. Comme il n’est pas protégé par une muqueuse de peau, il est possible que cette interaction provoque des saignements.

douleurs-vagins-femme
Crédits :globalmoments/ istock

Un fibrome

Il s’agit d’une excroissance du tissu de votre utérus dont la taille varie de quelques millimètres à plusieurs centimètres. Au cours de leur vie, 75 % des femmes seront confrontées au moins une fois au fibrome. La grande majorité est asymptomatique, mais dans le cas où le fibrome est particulièrement développé, des saignements peuvent survenir.

Une infection sexuellement transmissible ou IST

Les infections sexuellement transmissibles comportent de nombreux symptômes différents. Parmi les IST, celles qui provoquent une inflammation de l’utérus sont par exemple la chlamydia, la gonorrhée ou encore la trichomonase. De cette inflammation peut découler des saignements.

Le cancer du col de l’utérus

Voici certainement la cause la plus inquiétante d’un saignement après un rapport sexuel. Un indice d’inquiétude pourrait être la régularité de ces saignements. S’ils surviennent de plus en plus souvent après un rapport, il vous faudra consulter rapidement votre gynécologue. Il examinera votre col de l’utérus et s’assurera que vous êtes à jour dans vos frottis et HPV.

Pour rappel, le premier frottis est fortement recommandé à partir de 25 ans, suivi d’un deuxième l’année d’après. À partir de 30 ans, vous serez engagée à faire un test HPV pour rechercher des traces d’ADN de papillomavirus dans vos cellules. Ce test devra voir lieu tous les 5 ans.