in

Contraception : 9 façons de se protéger

Crédits: IStock/ JPC-PROD

On ne parlera jamais assez de la contraception. Que se soit pour ne pas tomber enceinte ou pour se protéger de nombreuses maladies sexuellement transmissibles, elle est indispensable dans une vie sexuelle. À défaut de contraceptifs, certaines personnes utilisent la méthode du retrait. Peu fiable, elle est pourtant courante pour de nombreux couples qui ne veulent pas passer par une méthode contraceptive ou qui ne connaissent pas les différentes façons de se protéger. L’Agence Santé publique France a cependant mis à jour en février 2020 un questionnaire qui permet aux femmes d’être mieux informées sur la contraception pour mieux choisir la leur. De notre côté, nous avons fait le tour des méthodes contraceptives existantes. Voici 9 contraceptifs disponibles pour se protéger.

1. Les contraceptifs hormonaux

La pilule contraceptive

Il existe deux types de pilules : les pilules combinées œstroprogestatives qui contiennent deux hormones et les pilules progestatives qui n’en contiennent qu’une. La pilule prescrite doit être prise tous les jours à heure fixe pendant les 21 ou 28 jours du cycle selon la pilule. La première prise qui débute le premier jour du cycle (c’est-à-dire le premier jour des règles) est efficace immédiatement. Sinon, il faut compter 7 jours avant d’être protégé.

L’efficacité de la pilule varie selon plusieurs facteurs :

  • Lorsqu’elle est utilisée de manière parfaite, l’efficacité de la pilule est supérieure à 99,7%.
  • En cas d’oubli, d’élimination de pilule lors de vomissements ou de diarrhées et à cause de la prise de médicaments, l’efficacité de la pilule tombe à 91%.

Combien ça coûte ? Cela coûte 2 € à 12 €/mois, mais elles sont gratuites pour les mineures. Certaines pilules sont remboursées à 65% et des pilules génériques disponibles.

Close-up of woman holding a contraceptive pills. Concept of contraception methods.
Crédits: IStock/ nensuria

L’implant

L’implant est un bâtonnet cylindrique de 4 cm de long et de 2 mm de large que le médecin ou la sage-femme insère sous la peau du bras, sous anesthésie locale.

Question efficacité, c’est plutôt fiable. On estime son efficacité à 99,9 % et ce mode de contraception est efficace un jour après la pose. Il peut rester en place et est efficace pendant 3 ans. Toutefois, certains médicaments peuvent avoir des effets sur l’efficacité de l’implant, comme ceux pour traiter l’épilepsie ou des maladies infectieuses. Un rejet est également possible. Dans ce cas, l’implant sera retiré et vous devrez choisir un autre moyen de contraception.

Combien ça coûte ? L’implant coûte autour de 138 € et est remboursé à 65%.

Le stérilet hormonal

Le stérilet est une petite tige souple, en forme de « T », mesurant 3,5 cm de long qui se termine par un fil pour faciliter le retrait. Un médecin ou une sage-femme le pose dans l’utérus. Il délivre alors de manière constante une petite quantité d’hormone progestative sur les parois de l’utérus. Les sécrétions du col de l’utérus s’épaississent et bloquent les spermatozoïdes. Son efficacité est totale pour une durée de 4 à 10 ans. Il s’adresse principalement aux femmes ne souhaitant pas ou plus avoir d’enfants.

Combien ça coûte ? Le DIU coûte de 27 à 130 euros et est remboursé à 65%.

Il existe aussi des stérilets mécaniques : les stérilets en cuivre. Il permet au cycle menstruel de se poursuivre normalement et les règles arrivent tous les mois de manière naturelle. Les femmes qui ont des règles trop abondantes, trop longues et/ou trop douloureuses opteront pour le stérilet hormonal. En effet, le stérilet en cuivre peut aggraver ces phénomènes.

3d rendered illustration of an intra-uterine device.
Crédits: IStock/ fruttipics

Le patch contraceptif

Le patch contraceptif se colle sur la peau du bras, sur le ventre ou sur le bas du dos. Il doit être changé toutes les semaines. Au bout de trois semaines, il faut l’enlever pour une semaine, ce qui correspond à la période des règles. Si vous l’oubliez ou le temps de le changer, la protection reste active pendant 24 heures. Lorsqu’il est utilisé parfaitement, son efficacité est de 99,7%. Les erreurs d’utilisation font en revanche tomber son efficacité à 91%.

Combien ça coûte ? Non remboursé, ce contraceptif coûte 15 € par mois.

L’anneau vaginal

L’anneau vaginal doit être placé par la femme au fond du vagin. Il reste en place trois semaines. Au début de la 4e semaine, on enlève l’anneau, ce qui provoque l’apparition des règles. Lors d’une première utilisation, l’anneau est totalement efficace après 7 jours. Entre deux cycles, replacez un nouvel anneau 7 jours après avoir enlevé le précédent. Lorsqu’il est utilisé de manière parfaite, il protège à 99,7%. Cependant, comme avec la pilule, mes erreurs d’utilisation font que l’efficacité de ce moyen de contraception en utilisation courante est de 91%.

L’anneau vaginal peut être expulsé lors de rapports sexuels. Dans ce cas, vous devez laver puis remettre votre anneau si cela fait moins de 3h. Dans le cas contraire, vous devez mettre un nouvel anneau, et avoir une période de carence dans la protection de 7 jours ou vous devrez utiliser des préservatifs.

Combien ça coûte ? Non remboursé, ce contraceptif coûte 15 € par mois.

Birth control ,hormone, contraception ring in a womans hand white underwear and belly, vaginal ring for contraceptive use with copy space closeup
Crédits: IStock/cerro_photography

2. Les contraceptifs mécaniques

Le préservatif féminin

Le préservatif féminin est une gaine munie d’un anneau souple aux deux extrémités qui se place dans le vagin. Il peut être mis en place plusieurs heures avant chaque rapport sexuel. C’est le seul moyen, avec le préservatif masculin, à protéger contre le VIH et des IST.

Combien ça coûte ? Comptez 8,70 € la boîte de 3 préservatifs qui est non remboursée.

Le préservatif masculin

Le préservatif masculin est le contraceptif le plus courant et le plus connu. Il se place sur le sexe de l’homme en le déroulant de haut en bas avant un rapport sexuel.

Combien ça coûte ? Comptez à partir de 20 centimes le préservatif, non remboursé.

Female hands holding condom on pink background. Top view. The concept of sexual preservation
Crédits: IStock/ Vladimir Sukhachev

Le diaphragme

Le diaphragme est un petit capuchon qui se met au fond du vagin. Il doit être posé deux heures avant le rapport sexuel ou sur le moment. Il faut le laisser en place 6 à 8 heures après le rapport sexuel puis le retirer. Le diaphragme doit être utilisé avec des spermicides qui permettent de détruire les spermatozoïdes. Il peut être réutilisé plusieurs fois à condition d’être lavé après chaque utilisation.

Là aussi, son efficacité varie. Utilisé parfaitement et avec des spermicides, son efficacité est de 94%. Avec le manque d’habitude, la complexité de cette méthode contraceptive, les erreurs de manipulation, son efficacité tombe à 88%, toujours en combinaison avec des spermicides.

Combien ça coûte ? Comptez 33 € pour un dispositif en latex et 42 € pour celui en silicone. Le diaphragme est remboursé sur la base de 3,14 €.

3. Une méthode naturelle: le Sympto Therm

La méthode de contraception SymptoTherm est une méthode naturelle basée sur l’observation de soi et de son corps. C’est moyen alternatif de contraception, respectueux du corps et de son fonctionnement. Attention, cette méthode n’est pas reconnue par le milieu médical.

La méthode Sympto Therm se base sur une application mobile qui aide à la gestion des cycles et incite à l’observation de trois signes : la température, la glaire cervicale et la position du col de l’utérus. Avec des trois éléments, la femme peut ainsi gérer sa fertilité.

Sources :

francetfv-education-logo-mini éducation