in

Les épinards nous rendent-ils vraiment plus forts ?

épinards
© iStock
Les épinards nous rendent-ils vraiment plus forts ?
noté 5 - 1 vote[s]

Alors que Popeye a disparu de nos écrans, on dit toujours à nos enfants “mangez des épinards pour devenir plus forts !” Mais est-ce que cette adage populaire est véridique ? Qu’en dit la science et les nutritionnistes ? Lumières sur les épinards et leurs bienfaits.

Les épinards rendent plus forts : mythe ou réalité ?

La pensée de Popeye selon laquelle les épinards nous rendent plus fort, n’aurait pas de fondement scientifique, d’autant plus que le célèbre personnage est doté d’une force extraordinaire

Toutefois, les épinards possèdent de réels bienfaits pour l’organisme car ils constituent une importante source naturelle de fer, connu pour favoriser le transport de l’oxygène jusqu’aux muscles, l’apport en fer est donc indispensable au développement des muscles. Cet argument sert encore aux parents d’aujourd’hui pour convaincre leurs enfants de manger des légumes.

Une teneur en fer plus faible que prévue ?

Le chimiste allemand Erich von Wolf aurait commis une erreur de virgule en menant des analyses et en écrivant son résultat sur les épinards en 1870.
Il avait noté une concentration en fer à 35 milligrammes pour 100 grammes d’épinards au lieu de 3,5 milligrammes, soit 10 fois moins que ce que le scientifique avait calculé.

Il aura fallu attendre 70 ans, en 1937 pour que cette erreur soit finalement remarquée et corrigée.

Les lentilles et le boudin noir, respectivement 8 et 23 milligrammes de fer pour 100 grammes de portion, ont volé la vedette aux épinards.
Toutefois, les épinards contiennent des vitamines, des minéraux et des antioxydants essentiels à l’organisme. Popeye n’avait donc pas totalement tort !

Source


Avatar

Écrit par Coline Mionnet, rédactrice santé

Passionnée, entre autres, par les thèmes sciences, environnement et santé, je m'efforce de rechercher des sujets utiles et des sources sérieuses.
Après des études en droit de l'environnement et en tourisme, j'ai finalement choisi la presse, qui satisfait davantage ma curiosité.