in

Octobre rose : tous concernés pour parler du cancer du sein

© Vadimguzhva / iStock

Le cancer du sein est l’un des plus mortels. Plus de 11000 décès en 2017. Le cancer du sein est le premier cancer chez la femme, une sur huit risquent d’en développer un. D’où la nécessité du dépistage précoce qui permet de diminuer ces risques et de sauver des vies. Ce dépistage est justement ce qui est au cœur de ce mois, tout de rose vêtu, à l’instar de la grande dame de fer parisienne.

Octobre Rose

Le 1er octobre 2018 débute la 25e édition d’Octobre Rose organisée par l’association “Le cancer du sein, parlons-en”. Cette manifestation permet de dialoguer, d’informer et de mobiliser un maximum de personnes.

  • Dialogue pour faire comprendre l’importance de cette maladie, sa gravité.
  • Informer pour ne pas rester dans le silence, dans la peur, dans la honte.
  • Mobiliser, puisque nous sommes «tous concernés», mot d’ordre de cette nouvelle édition.

Octobre Rose permet également de rendre hommage à toutes les personnes œuvrant dans l’ombre de cette maladie. Les soignants, les chercheurs et les familles.
Grâce à l’association, et ses différentes manifestations, la rechercher avance, et le mois d’octobre est l’occasion de voir, de comprendre, et de parler de toutes ces personnes.

Affiche_2018-Octobre rose-1
©️ Affiche 2018 / Octobre Rose

Sensibilisation et cancer du sein

Avant la création de l’association, il y a 25 ans, le cancer du sein était tabou. Il l’est encore aujourd’hui même si les mentalités ont grandement évolué. Toutefois, parler de ce cancer, si difficile à vivre psychologique pour une femme, est un cap à franchir. Il faut en parler. Il faut que cela change.
Il est essentiel de comprendre l’importance du dépistage précoce. En effet, dépisté à temps, 9 cancers sur 10 peuvent être traités. Ce dépistage sauve des millions de vies par ans.
Cette maladie est beaucoup trop meurtrière pour être tabou. Le dépistage sauve des vies, alors profitons-en.

La recherche

Même si 99 % des cancers du sein dépistés précocement – c’est à dire à un stade peu avancé – peuvent être traités, si le test se fait attendre, ce pourcentage tombe à 26 % de cas traités. Ainsi, il semble évident que la recherche doit se poursuivre.
De nombreuses équipes de par le monde œuvrent à résoudre le problème de cette maladie. Grâce à eux des vies sont sauvées, mais il reste du chemin à parcourir.
Octobre Rose est l’occasion de parler de ces chercheurs. De rappeler qu’un don n’est jamais inutile et que la recherche a besoin de ces dons.

Le mot de la fin

Comme toute maladie, le cancer du sein ne touche pas qu’un membre de la famille. Il la touche dans son ensemble, affecte tout le monde. Le cancer du sein vous prive d’une grand-mère, d’une mère, ou d’une fille.
Il est temps de se souvenir qu’il faut prendre les choses en mains, car nous sommes tous Tous Concernés. 

Voilà deux ans que j’avais planté cette graine en Elle, en Son sein, dans Son sein. Je l’avais semée avec l’espoir qu’elle prenne racine en Elle, dans le reste de Ses organes. Qu’elle régisse tout. Qu’elle devienne la définition même de cette Femme.

PEROUZE C. La Lionne et la Fleur

Articles liés :

Voici les 12 symptômes du cancer du sein à connaître !

Les trois cancers les plus fréquents chez la femme ?

Dr Dominique Joubert-Floch : la révolutionne la lutte contre le cancer