in

Alcoolisme : quelles causes ? Quels risques ? Quels traitements ?

Crédits : Jrmoluk - Pixabay
Alcoolisme : quelles causes ? Quels risques ? Quels traitements ?
noté 4.6 - 5 votes

L’alcool serait consommé par 75% de la population. Mais il existe différentes façons de le boire et parfois certains personnes “tombent dans l’alcoolisme”. Cette maladie, qui touche généralement plus les hommes que les femmes, se traduit par une consommation excessive d’alcool, qui entraîne une réelle dépendance. Ce sujet, encore très tabou et souvent mal compris, et pourtant plus commun que ce que l’on peut croire. Voici donc quelques explications au sujet de l’alcoolisme.

Quelles sont les causes de l’alcoolisme ?

En réalité, la cause exacte de l’alcoolisme est encore inconnue. Cependant, il semblerait qu’il y ait tout de même certaines explications pour expliquer ce comportement addictif, notamment l’hérédité. En effet, selon plusieurs études, les personnes dont un membre de la famille est, ou a été alcoolique ont plus de risques de le devenir à leur tour.

De plus, chaque personne réagit différemment face à l’alcool. En effet, chaque organisme est différent, et supporte plus ou moins bien l’alcool. Ainsi, une personne qui a besoin de boire beaucoup d’alcool avant de ressentir les effets escomptés aura plus de risques de développer une dépendance.

On retrouve également des facteurs psychiques, qui pourraient expliquer les troubles liés à l’alcool, comme la schizophrénie, la dépression, ou les troubles anxieux. La solitude, l’isolation sociale ou encore la pauvreté peuvent également être des explications.

Enfin, il est important de rappeler que l’alcool fonctionne comme toutes les drogues : il permet de ressentir un effet après sa consommation, un effet qui peut être appréciable. L’alcool peut donc devenir un plaisir pour les personnes qui en consomment, et qui cherchent à ressentir les effets qu’il provoque. Cependant, en consommer régulièrement peut déboucher sur une véritable addiction. En effet, l’organisme s’adapte peu à peu aux doses qui lui sont fournies, et il lui en faudra donc toujours plus pour espérer ressentir ses effets. Le corps devient plus tolérant, et la consommation deviendra donc plus régulière.

Quels sont les risques liés à l’alcool ?

À usage modéré, l’alcool peut être un plaisir pour ses consommateurs. Il permet de diminuer l’activité du cerveau, mais de moins bien maîtriser ses comportements. Ce sentiment peut donc être ressenti positivement, comme un petit écart dans le quotidien, mais consommé à forte dose et régulièrement, l’alcool peut en fait être un véritable poison pour l’organisme, et le cerveau. Cela peut notamment provoquer des vomissements, des changements de comportements, une déshydratation, une altération du système nerveux central, et également des maux de tête. L’alcool peut d’ailleurs conduire à la mort, puisqu’il supprime la fonction respiratoire et la fonction cardiaque.

Il est d’ailleurs fortement déconseillé de consommer de l’alcool à jeun, à cause des risques d’hypoglycémie. En effet, la consommation de boissons alcoolisées provoque une brusque chute du taux de sucre dans le sang, et peut donc s’avérer très dangereuse.

L’alcool peut également être un risque pour les personnes qui en consomment, sans pour autant être alcooliques. En effet, il peut causer la mort lorsque des personnes sont profondément endormies, et s’étouffent avec leurs vomissements dues à l’alcool, qui sont inhalés dans les poumons.

L’alcoolisme engendre de nombreuses maladies

En effet, une forte consommation d’alcool sur une longue durée peut entraîner de nombreuses maladies, très graves pour certaines, pouvant même être fatales :

  • Des maladies du foie, comme la cirrhose
  • Du diabète
  • Des hypertensions artérielles (une pression sanguine élevée)
  • Des arythmies (un rythme cardiaque anormal, qui peut causer la mort subite)
  • Des ulcères à l’estomac et des gastrites (inflammation de la muqueuse de l’estomac)
  • Des pertes de sensibilité (notamment au niveau des mains et des pieds)
  • Du béribéri (carence en vitamine B1)
  • Des lésions cérébrales
  • Des lésions cardiaques

La consommation excessive d’alcool peut en fait engendrer de nombreuses maladies graves, et même les aggraver si la dépendance ne cesse pas.

alcoolisme
© Pixabay

Diagnostiquer et traiter l’alcoolisme

Dans certains cas, les personnes malades peuvent être capables de se rendre compte par elles-mêmes que leur consommation d’alcool est excessive, et dangereuse. À partir du moment où une personne ressent de la culpabilité vis-à-vis de sa consommation de boissons alcoolisées, il est fort possible qu’il s’agisse d’un trouble lié à l’alcool. Il est également possible de déceler une addiction à l’alcool, grâce à quelques signes qui ne trompent pas :

  • Consommer de l’alcool le matin pour pouvoir affronter le reste de la journée
  • Cacher des bouteilles d’alcool à son domicile, ou même au travail
  • Se sentir vexé lorsque quelqu’un fait une remarque quant à une consommation d’alcool excessive
  • Boire seul et/ou en cachette
  • Consommer de l’alcool dans des endroits non appropriés, ce qui pourrait entraîner des situations délicates (au travail par exemple)
  • Ne plus être intéressé par des activités qui autrefois procuraient du plaisir
  • Boire de grandes quantités d’alcool lors de réunions sociales (avec les amis, la famille…)

Cependant, de nombreuses personnes alcooliques vivent dans le déni le plus total, et ne sont absolument pas conscientes de leur maladie.

alcoolisme
© Pixabay

Soigner l’alcoolisme

Pour se débarrasser définitivement de l’alcoolisme, il est absolument nécessaire de ne plus boire une seule goutte d’alcool. Cela peut s’avérer être extrêmement difficile les premiers temps, et provoquer notamment des hallucinations, et des troubles du comportement. Cependant, il faut tenir bon, car un seul verre d’alcool peut entraîner une rechute.

Il est important que les personnes alcooliques qui souhaitent se soigner soient accompagnées dans leur démarche, par leurs proches notamment. La famille et/ou les amis peuvent d’ailleurs être un élément déclencheur dans la volonté d’arrêter de boire. Dans certains cas, c’est d’ailleurs seulement l’intervention des proches qui permet l’arrêt total de la consommation d’alcool. Malheureusement, en règle générale, il est indispensable d’avoir un suivi médical, mais aussi un traitement adapté, afin d’en venir à bout.

Les réunions des Alcooliques Anonymes peuvent être d’une grande aide pour certaines personnes. En effet, le mouvement possède un programme en 12 étapes, qui a permis à de nombreuses personnes de se débarrasser définitivement de cette addiction.

Enfin, il est aussi possible de traiter l’alcoolisme avec des traitements médicamenteux adaptés, qui agissent de manières différentes sur l’addiction. Dans tous les cas, il est impératif de prendre rendez-vous avec un spécialiste, afin de choisir la solution adaptée.

Source

Articles liés :

Alcool et santé : 1 verre oui, 2 verres non ! Découvrez pourquoi

Connaissez-vous les 5 principales causes de dépression ?

6 degrés d’addiction à la télé : quel est le vôtre ?