in

De quoi fantasme votre moitié ?

© iStock

80 % à 100% des hommes et des femmes ont des fantasmes sexuels. Le fantasme représente tout ce qui a trait à l’imaginaire érotique, aux pensées ou aux rêves érotiques par exemple. Selon notre sexe, nos fantasmes seraient assez différents. De quoi fantasmons-nous ? Que signifient ces fantasmes ?

Qu’est-ce qui fait fantasmer les femmes ?

Depuis les années 1960, de nombreuses études, scientifiques, françaises, canadiennes, américaines, ont confirmé que les fantasmes des femmes restent assez sentimentaux, souvent pleins d’accueil et/ou de soumission.

Certaines femmes peuvent ressentir le désir d’être attachées, fouettées, enfin dominées, tandis que d’autres préféreraient mener le jeu et contrôler leur partenaire.

Lorsqu’elle est dominée dans ses fantasmes, cela peut cacher la difficulté pour une femme à s’abandonner et à se lâcher, mais elle peut aussi simplement prendre du plaisir à ce genre de jeux.

Toujours d’après les études en la matière, les femmes auraient souvent tendance à rêver d’exhibitionnisme, de dévoilement et d’impudeur. Ce genre de fantasme s’explique facilement car dans la vraie vie, il est difficile d’accepter son corps et ses imperfections.

Les désirs féminins peuvent compter des fantasmes homosexuels avec moins de pénétration que de caresses, souvent dans un lieu romantique. Les émotions sont généralement présentes.

De quoi fantasment les hommes ?

Le sexe externe des hommes les amène à fantasmer sur la possession et la puissance. Ils rêvent donc généralement de domination, de femmes attachées, soumises.

L’imaginaire érotique des hommes est plus visuel et porté sur les relations purement sexuelles : faire l’amour, pénétrer, jouir, éjaculer, etc.

Ceci explique comment les hommes peuvent ressentir un plaisir intense à regarder un film pornographique : des femmes nues et belles sont exposées à son regard, elles jouissent (même s’ils savent qu’elles simulent pour la plupart).

Enfin, les hommes auraient davantage de fantasmes à propos de relations extra-conjugales.

Une thérapie centrée sur les fantasmes

Le fait de ne pas avoir de fantasme n’est pas considéré comme normal.
Si dans un couple, il y a une absence de fantasmes, il y a probablement une absence de désir sexuel.

Dans ces cas, une sexoanalyse peut être envisagée. Il s’agit d’une thérapie qui utilise l’imaginaire érotique, notamment le fantasme, afin de décoder le trouble sexuel et d’en faire prendre conscience au patient. Ensuite, on l’amène à un changement dans ses pensées puis dans la réalité.  pour ensuite l’amener à un changement dans ses pensées puis dans la réalité.

Articles liés :

Fantasmes sexuels : 7 questions, 7 réponses !

Sodomie : quels risques pour la santé ?

Sexe : à partir de quand les femmes se lassent-elles de leur partenaire ?