in

Phobie scolaire : quand aller à l’école devient un enfer

© Ridofranz / iStock
Phobie scolaire : quand aller à l’école devient un enfer
noté 5 - 1 vote

Maux de ventre, vomissements, nausées, vertiges… Si pour 12 millions d’écoliers et d’adolescents, l’école est synonyme d’acquisition de nouvelles connaissances et de bons moments avec les copains, pour 5% d’entre eux, remettre un pied à l’école se révèle devenir un véritable cauchemar. Pour ces jeunes – parfois harcelés, souvent démunis – mettre des mots sur ce phénomène est encore compliqué. En effet, les enseignants connaissent mal les raisons et les symptômes de la phobie scolaire. Une peur pourtant de plus en plus courante.

Sans qu’on sache réellement pourquoi, certains jeunes paniquent à l’idée même d’aller à l’école. Une anxiété scolaire se déclare alors, handicapant le suivi de la classe, et retardant donc l’acquisition de connaissances essentielles pour la suite de la scolarité. Les chiffres ne sont pas officiels, mais les psychologues remarquent que de plus en plus de parents, accompagnés de leur enfant, consultent pour des troubles liés à l’école.

Comment expliquer la phobie scolaire ?

Le Docteur Ajuriaguerra, neuropsychiatre, a formulé en 1974, une première définition de la phobie scolaire. Pour lui, « il s’agit de jeunes qui, pour des raisons irrationnelles, refusent de se rendre à l’école et résistent avec des réactions d’anxiété très vives ou d’angoisse si on les force à y aller ».

Les psychologues et autres professionnelles des troubles psychiques constatent que la plupart des jeunes touchés par cette phobie aiment les études, sont désireux d’apprendre, mais ressentent une angoisse extrême et incontrôlable face à leur établissement scolaire et son environnement.

Si les raisons précises ne sont pas connues, la phobie scolaire pourrait être liée à une angoisse résultant d’un événement traumatisant ou non (déménagement, changement d’école, décès d’une personne de l’entourage, séparation des parents…).
Il semblerait également que le contexte social et familial de l’enfant soit une source de phobie scolaire.

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

La phobie scolaire se déclenche généralement au moment de l’entrée en primaire ou au collège.
L’enfant éprouve une sérieuse angoisse avant de partir à l’école qui peut se traduire par des maux de ventre, des maux de tête, des suceurs, des cris, des pleurs… Si les parents cèdent, le jeune se calme et promet d’y aller le lendemain, mais le même schéma se répète.
À noter que ces symptômes disparaissent le week-end et lors des vacances scolaires, et peuvent resurgir démultipliés à l’approche de la rentrée.

blessures émotionnelles enfants
© LSOphoto / iStock

Quelles sont les conséquences pour l’enfant ?

Il est important de percevoir que l’enfant garde le goût de l’apprentissage scolaire et ne refuse pas de travailler à la maison. Il est impliqué dans ses devoirs, mais s’isole progressivement, perdant parfois ses activités sociales et extra-scolaires.

Ces peurs peuvent continuer de poursuivre l’enfant jusqu’à l’âge adulte. Ce qui va également l’handicaper dans sa vie professionnelle. En effet, si la prise en charge n’est pas adaptée ni mise en place suffisamment tôt, la phobie scolaire peut entraîner de lourdes conséquences : dépression, abandon de la scolarité et, à terme, risque de marginalisation sociale.

Comment combattre cette phobie ?

Les professionnels de santé considèrent désormais la phobie scolaire comme une maladie. Toutefois, les enseignants ont des difficultés à l’identifier.
Pour éviter pour isolement, les parents doivent imposer à l’enfant, avec le concours du professeur, un rapide retour à l’école (à la maison, il prendrait de mauvaises habitudes quotidiennes, de sommeil et alimentaires).

Des prises en charge psychologiques existent pour mieux comprendre les origines de cette angoisse, parfois avec la présence des parents.
Des méthodes de médecine douce existent également. Vous pouvez proposer à votre enfant d’avoir recours à l’hypnose médicale, au yoga pour les enfants ou à des séances de relaxation et d’exercice de respiration.

Sources : Le Point et Tous à l’école

Articles liés :

Les 5 blessures émotionnelles de l’enfance qui façonnent notre vie

Toilettes insalubres dans les écoles : chiffres chocs et risques

Enfants et écrans : la règle du 3-6-9-12 qu’il faut connaître