in

S’écouter, manger, se rassasier : l’alimentation intuitive à la rescousse

repas-Pixabay_Free-Photos
©️ Free-Photos / Pixabay
S’écouter, manger, se rassasier : l’alimentation intuitive à la rescousse
noté 5 - 1 vote

L’alimentation intuitive est un concept créé par deux diététiciennes américaines. Cette approche est plus positive qu’à l’accoutumée, et ça fait du bien ! Le but de ce type d’alimentation est de se recentrer sur son corps, ses envies, ses désirs alimentaires. Savoir s’écouter et se comprendre est essentiel dans une société ou nous sommes sans cesse poussés à consommer. Savoir si “j’ai faim”, “de quoi j’ai envie”, ou “j’ai encore faim” est devenu une chose complexe à déterminer. Mais renouer avec ce dialogue intérieur est bel et bien le but de cette approche qu’est l’alimentation intuitive. On vous en dit plus.

Les 10 principes fondamentaux de l’alimentation intuitive

L’alimentation intuitive repose sur 10 principes qu’il faut observer pour profiter de tous ses bienfaits. Si vous observez chacun de ces principes, alors vous bénéficierez des nombreux apports qu’offre cette approche.

1) Rejeter les régimes amaigrissants et accepter qu’ils ne marchent pas

Voilà, on commence fort. En effet, les régimes vous promettant monts et merveilles sur une perte de poids miraculeuse ne sont souvent que de la poudre aux yeux, à condition de garder le rythme toute une vie. Après deux ans, 9 personnes sur 10 reprennent le poids – ou plus – perdu lors de leur régime.
L’industrie du régime joue sur la culpabilisation de ses consommateurs. Si vous reprenez du poids, ils se justifieront en invoquant le fait que vous n’avez pas été assez fort pour leur régime.

2) Honorer sa faim lorsqu’elle est modérée

Attention, ce qui va suivre risque d’être compliqué à lire : quand vous avez faim, mangez !
Eh oui ! Aujourd’hui, une grande partie de la population mange quand midi sonne. Nous avons tous tendance à nous fier plus facilement à des signaux externes qu’à des signaux internes. Notre horloge interne s’est déplacée sur notre smartphone, et c’est bien là tout le problème.
Nous n’en avons plus l’habitude, mais voilà comment reconnaitre la faim :

  1. Le petit creux dans l’estomac : juste avant la faim ;
  2. La vraie faim ;
  3. Si on attend encore, nous sommes affamés. À ce moment là, si nous mangeons, nous le faisons plus que de raison. C’est ici que nous prenons du poids.

3) Manger ce que l’on veut, à condition d’avoir faim

Ne souriez pas, cela peut paraitre évident, mais combien de fois par jour mangez-vous réellement parce que vous avez faim ?
Vous avez envie de chocolat, allez-y. Mais il faut que vous ayez faim ! Ne vous inquiétez pas, peut-être que la première fois vous en mangerez trop. Mais vous apprendrez vite à vous connaitre, et vous vous rendrez peut-être compte que vous idéalisiez cet aliment, et que surtout, il ne vous nourrit pas.

chocolat femme aliments aphrodisiques
© Pixabay

4) Arrêter de se dire qu’il y a de bons aliments et de mauvais aliments

Si vous catégorisez la nourriture d’une façon “bon” et “mauvais” aliment, vous allez vous mettre à culpabiliser si vous mangez l’un des mauvais aliments (et même simplement si vous en avez envie). Cette culpabilité vous pousse à avoir une mauvaise relation avec les aliments et votre corps. Or, une bonne relation avec la nourriture aide toujours à bien manger.

5) Écouter sa faim

Il va falloir manger lorsque vous avez faim, et arrêter lorsque vous n’avez plus faim. C’est probablement le plus simple et le plus compliqué de ces 10 principes.
Lorsque nous commençons à manger, nous ne nous arrêtons que rarement une fois que la faim disparait. Nous continuons souvent après.
Ce principe signifie également qu’une fois à table, il faut éviter les écrans. Ceux-ci ont tendance à nous déconcentrer et nous décentrer de nos ressentis. De plus, ils nous font manger en plus grosse quantité.

6) Découvrir (enfin) le plaisir et la satisfaction de manger

Vous n’avez pas oublié j’espère ? Manger est un vrai plaisir !
Avec une offre si grande de nourriture et avec les régimes à répétition, nous avons tendance à oublier que manger peut et doit constituer un vrai plaisir.
Il faut apprendre à savoir quelles sensations nous plaisent et nous procurent du plaisir, une vraie satisfaction.
Si vous avec faim et envie de chocolat, ne mangez pas un fruit pour avoir bonne conscience – n’oubliez pas : pas de bon ou de mauvais aliments – sinon votre envie de chocolat va rester. Vous allez finir par y succomber sans avoir faim. À ce moment là vous risquez de vous sentir coupable et de surcroit, de manger toute la tablette.

pâtes italiennes sauce tomate et fromage
© iStock

7) Arrêter de vivre ses émotions avec la nourriture

“Manger ses émotions” est une méthode très malsaine. Le stress, la colère, la tristesse ne trouvent pas de solutions dans la nourriture. Cette manie que nous pouvons avoir à noyer nos tracas dans la nourriture nous culpabilise, nous prive de la sensation des aliments, et nous empêche de nous libérer de nos émotions.

8) Respecter son corps et l’accepter

Bon, il est temps de s’aimer maintenant non ? Allé, je suis certain que ça vous dit à vous aussi !
S’aimer soi, c’est avoir une vision positive de son corps. Ce qui vous amène à avoir une vision positive de votre alimentation. Vous conduisant à avoir une vision positive de la vie. Voilà, CQFD.

9) Faire du sport pour le plaisir

Ne faites pas de sport pour perdre du poids. Tout le monde n’est pas égal face à la perte de poids et l’activité physique. Si vous ne perdez pas, vous risquez, en plus, de culpabiliser, et si vous culpabilisez, vous mangez. Alors non, faites du sport pour le plaisir. Trouvez quelque chose qui vous plaise, qui vous motive : le plein air, la fatigue, vos amis, les beaux yeux du ou de la coach.

10) Honorer sa santé  et ses papilles avec ses aliments favoris

Nous allons le dire encore une fois, faites-vous plaisir, car effectivement : santé et plaisir vont de paire. Les aliments que l’on aime sont bons pour nous, et ce principalement parce qu’ils nous procurent du plaisir.

Les mots de la fin (faim)

Des études ont prouvé que les personnes ayant suivi cette alimentation présentaient une bonne pression artérielle, moins de troubles de l’alimentation et de préoccupation à ce sujet, moins d’insatisfaction corporelle, moins d’anxiété, moins de dépression. Ces personnes avaient également perdu du poids et présentaient une meilleure estime d’eux même que les personnes suivant un régime normal ou amincissant.
Il est évident que cette approche est un régime à long terme et qu’un suivi auprès de professionnels est préférable. De nombreux témoignages parlent d’une nouvelle relation à la nourriture, déroutante au début, mais tellement plus satisfaisante par la suite.
S’écouter est la voie à privilégier.

En se permettant tout, on n’abuse rien! 

Source

Articles liés ;

Vous n’aimez pas tous les aliments ? Tout ne dépend pas de vous !

Qu’est-ce qu’exactement le régime cétogène ? Le keto diet

Des risques réels pour la santé avec le régime Dukan