in

Cannabis thérapeutique : 10 maladies soulagées grâce à la marijuana

© Creative-Family / iStock
Cannabis thérapeutique : 10 maladies soulagées grâce à la marijuana
noté 5 - 2 votes

Le débat sur la légalisation du cannabis se poursuit au fil des mois. En France, cette drogue qui se présente sous trois formes – l’herbe (feuilles, tiges), la résine (le “haschisch”), et l’huile (avec du tabac sous forme de cigarette) – est de loin la plus consommée, à la fois chez les adolescents et chez les adultes. 42 % déclarent avoir consommé du cannabis au cours de leur vie. Si l’usage est illégal, ses vertus naturelles ont été prouvées pour traiter certaines maladies.

Un seul médicament à base de cannabis est autorisé aujourd’hui en France. Il s’agit du Marinol (ou donabinol). Il est prescrit uniquement pour traiter les troubles de l’appétit et pour limiter les effets secondaires dans le cas d’une chimiothérapie. Pourtant, d’autres syndromes pourraient être soulagés grâce aux feuilles de cannabis.

1. Le cannabis réduirait les effets secondaires des chimiothérapies

Le dronabinol contient du delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), un psychotrope du cannabis. Il diminue les vomissements en se liant aux molécules de cannabinoïde, des substances chimiques qui activent les effets du cannabis dans le corps humain.

2. Il préviendrait les crises d’épilepsie

En 2003, des chercheurs américains de la Société de pharmacologie et d’essais thérapeutiques (ASPET) ont publié les résultats de leur étude. Le cannabis administré sur des rats a démontré qu’il prévenait les risques de crises d’épilepsie. Certains composés de la plante seraient anticonvulsifs.

3. Il stimule l’appétit

Également prescrite dans le cas de troubles alimentaires, notamment lors d’anorexies liées au virus du Sida, la molécule se fixe sur un récepteur cannabinoïde, ce qui favorise l’appétit.

4. La cannabis pour lutter contre la dépression

Selon une étude réalisée en 2005 par l’Université de Buffalo (États-Unis), certains composés présents dans le cannabis seraient efficaces pour stabiliser l’humeur et lutter contre la dépression.

5. Il soulage les douleurs chroniques

Un autre travail, rendu public par l’Académie nationale de sciences, d’ingénierie et de médecine des États-Unis, atteste que le cannabis aurait de réelles vertus pour soulager les douleurs chroniques chez l’adulte.

cannabis thérapeutique feuilles Docteur Tamalou
© 7raysmarketing / Pixabay

6. Le cannabis thérapeutique contre les tremblements associés à la maladie de Parkinson

Des chercheurs israéliens ont de leur coté travaillé sur les effets thérapeutiques du cannabis pour traiter les tremblements dus à la maladie de Parkinson. La plante réduirait la douleur, en plus de limiter les tremblements. Selon l’Université de Tel-Aviv, la marijuana est prescrite en dernier recours si aucun autre traitement ne soulage les patients.

7. Il limiterait la progression de la maladie d’Alzheimer

Une recherche menée par Scripps a démontré que les feuilles de cannabis réduisaient la pression des troubles liées à la maladie d’Alzheimer. Le THC inhiberait l’enzyme responsable de la formation des plaques amyloïdes dans le cerveau. Plaques qui détruisent les neurones.
Par ailleurs, le cannabis agirait également sur les Troubles obsessionnels compulsifs (TOC) et des tics excessifs ou pathologiques (syndrome de la Tourette).

8. Il serait efficace pour traiter les douleurs de la sclérose en plaques

Une étude parue en 2012, s’est intéressée à 30 patients souffrant de contractions musculaires liées à la sclérose en plaques. Leurs traitements initiaux étant peu efficaces, le cannabis a en revanche soulagé leurs douleurs.

9. Le cannabis utile contre le glaucome

La plante aurait des vertus naturelles pour réduire la pression intraoculaire dans le cas de glaucome. Lors d’un essai clinique, deux heures après administration de cannabis par voie buccale, la pression avait baissé.

10. Il aurait des propriétés anticancers

Après un traitement au cannabidiol (un autre composé du cannabis), les cellules cancéreuses, responsables du cancer du sein, semblaient moins agressives.

Sources : Futura-Sciences, Doctissimo

Articles liés :

Grossesse et addiction : vers quels professionnels se tourner ?

Sexologues, sexothérapeutes : quelles sont leurs approches ?

La sophrologie, à tester d’urgence pour lutter contre le stress des exams !