in

En finir avec la sensation de faim

© lukasbieri / Pixabay
En finir avec la sensation de faim
noté 5 - 1 vote[s]

À l’approche de l’été, tout le monde voudrait trouver, ou retrouver, son summer body, et pour se faire, les régimes vont bon train. Mais il ne faut pas se laisser avoir par toutes ces solutions qui vous promettent un amaigrissement magique. Privation alimentaire, régimes à base de fruits ou de légume, jeûnes… Bref, des solutions qui peuvent provoquer, dans le pire des cas, de fortes carences, mais également une sensation de faim tenace ! Nous vous expliquons aujourd’hui comment réduire ces sensations de faim lorsque vous voulez perdre du poids.

Attention : si vous souhaitez vous lancer dans un régime, ne le faites pas seul/es et veillez à consulter un/e spécialiste.

Les régimes et la sensation de faim

Pour des questions de santé, il est souvent bénéfique de garder un poids convenable. Après tout, le surpoids est un facteur favorisant l’apparition de bon nombre de pathologies. Mais le problème de la plupart de régimes réside dans l’utilisation de la sensation de faim. En effet, beaucoup d’entre eux utilisent cette réponse physiologique de l’organisme comme motivateur. Pourtant, c’est tout le contraire.

mal au ventre abdomen
© Derneuemann / Pixabay

De manière générale, pour maigrir il faut diminuer certaines choses de son alimentation. Que ce soit le sucre, le gras, les produits laitiers, nous ne savons plus trop où donner de la tête, et surtout du ventre. Quand nous nous motivons, enfin, à perdre un peu de poids, les changements dans nos habitudes conduisent à frustrations. Celles-ci, mal gérées, produisent les sensations de faim et souvent les rechutes. L’on en vient donc à craindre l’envie de manger et de se rassasier, alors que nous devrions plutôt apprendre à écouter notre corps et ses besoins.

Pour mener à bien cette entreprise qu’est la perte de poids, il faut avoir quelques petites astuces. Des informations essentielles grâce auxquelles la faim tyrannique ne sera qu’un lointain souvenir.

Manger en pleine conscience pour comprendre notre corps

Nous ne mangeons que très rarement en prenant conscience de tout ce qui se passe dans notre corps et dans notre assiette. C’est en quelque sorte ce que cherche à résoudre l’alimentation en pleine conscience.

Une étude américaine suggère d’ailleurs que la méditation pleine conscience réduit les fringales alimentaires. Une autre étude à quant à elle montrée que la méditation pleine conscience orientée spécifiquement sur la nourriture, permettait de réduire les crises de boulimie.

Il faut donc se reconnecter avec son corps de sensation, savoir quand nous avons faim et quand nous sommes rassasiés. Ce n’est ni une honte ni un problème d’avoir notre estomac qui demande à manger. Tout au contraire, cela est naturel, n’en déplaise aux régimes privatifs !

Manger lentement

Toujours dans un processus de connaissance de soi, manger lentement est conseillé. En effet, vous pourrez dans un premier temps apprécier vos plats, leurs saveurs, tous leurs goûts différents. Vous pourrez mieux vous connaître, savoir quelles quantités vous conviennent réellement. Enfin, manger lentement donne le temps au processus contrôlant la satiété de s’activer.

repas équilibré
© 27707 / Pixabay

Dormir convenablement

Vous ne le saviez peut-être pas, mais le sommeil peut vous aider à perdre du poids et à gérer votre sensation de faim ! Une étude de l’Université de Chicago à montrer que le manque de sommeil de qualité était lié « à une augmentation des niveaux de ghréline (hormone stimulant l’appétit, NDLR) et à une augmentation de la faim et de l’appétit ». Il est donc important de dormir suffisamment et dans de bonnes conditions.

L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) donne quelques recommandations pour bien dormir :

  • Apprendre à connaître ses besoins
  • Avoir des horaires pour le coucher et le réveille les plus stables possible
  • Être attentif aux différents signaux de sommeil (bâillements, etc.)
  • Éviter les excitants le soir
  • Éviter les gros repas et l’alcool le soir
  • Arrêter les activités trop stimulantes au moins une heure avant de dormir
  • Adopter des rituels de couchés pour conditionner notre cerveau
  • Créer un environnement calme où il fait bon dormir
  • Éviter les stimulations visuelles et auditives dans le lit, il doit être uniquement un lieu de repos

Les graisses riches en oméga-3

La leptine est une hormone, celle-ci porte aussi le nom d’hormone de satiété. Elle est produite pour indiquer à notre corps qu’il est plein et qu’il n’est plus nécessaire de s’alimenter. Pour les patients en surpoids, il est nécessaire d’augmenter la productivité de cette hormone afin d’éviter les risques de surconsommations alimentaires.

poisson congelé
© Pixabay

Pour ce faire, les acides gras oméga-3, notamment ceux présents dans les huiles de poisson et les algues sont recommandés. C’est du moins ce que révèlent plusieurs recherches, et particulièrement cette étude australienne de 2003. « Les preuves actuelles suggèrent un effet positif, relation dose-dépendante entre l’apport en acides gras oméga-3 et les taux circulants d’adiponectine. Chez les sujets obèses, cela peut se traduire par une réduction du risque de maladie cardiovasculaire, de syndrome métabolique et de diabète. … Cela (l’augmentation des taux de leptine dans l’organisme, NDLR) peut présenter des avantages dans la prévention de la reprise de poids chez ces sujets après une restriction calorique. »

Sources : PresseSanté & thérapeutesMagazine

Articles liés :

Quelles sont les nouvelles recommandations françaises en matière de nutrition ?

15 mythes sur les régimes auxquels il ne faut pas croire

8 conseils pour un régime efficace sans privations