in

Sexualité : les Français ont changé… et c’est une bonne nouvelle !

© iStock
Sexualité : les Français ont changé… et c’est une bonne nouvelle !
noté 3 - 3 votes

La sexualité est un grand tabou pour de nombreuses personnes encore aujourd’hui. Seize ans après la sortie de sa première étude, la sociologue Janine Mossuz-Lavau publie son nouvel essai La vie sexuelle des Français qui analyse leurs habitudes en matière de sexualité. Ont-elles évolué depuis le début du millénaire ?

Où en est la sexualité ?

Concrètement les pratiques ne changent pas, mais les Français en parlent davantage. Même si le sexe ne s’est pas tant libéré en seize années, la parole l’a faite.

Les hommes ne sont plus si différents des femmes. Dans l’idée, il est tout à fait convenable, voire évident aujourd’hui qu’une femme peut ressentir du plaisir, tout comme un homme. Qu’elle ait ses propres désirs et ses propres envies, et qu’évidemment, il est hors de question de penser qu’elle doit s’être assujettie bien sagement pour devenir une femme accomplie.

« On sait aujourd’hui que le plaisir féminin existe, qu’il ne vient pas comme ça, qu’il ne suffit pas que le mec fasse des allées et venues rapidos. On sait qu’il y a un truc qui s’appelle le clitoris et que la pénétration ne donne pas le même plaisir, même si elle permet une fusion car les corps sont imbriqués », affirme la sociologue Janine Mossuz-Lavau.

Et si l’on se parlait un peu !

La communication est au cœur des relations aujourd’hui. Communiquer sur ses désirs, ses envies, ses fantasmes, c’est de cette façon que la libération sexuelle s’exprime en 2018. Avec la levée de plus en plus importante des tabous, savoir dire à l’autre son envie est devenu une nécessité.

Il n’est plus rare, aujourd’hui, de voir des couples se libérer. Leurs vies privées les regardants, ils s’amusent et se libèrent, ensemble, l’un avec l’autre.
C’est un fait : même les seniors en viennent à se libérer. Un sondage IFOP indiquait en 2017 que 7% des 60 ans et plus avaient recours une fois par mois aux sextoys dans la vie intime. Eh oui ! 45 % des Français déclarent avoir utilisé des accessoires sexuels à deux contre 29% seul.

Exprimer de quelle manière nous voulons ressentir le plaisir est une condition qui semble être absolue dans les couples modernes.

comment choisir son sextoy Docteur Tamalou
© Neydtstock / iStock

Le couple, justement parlons-en

Dans son étude, la sociologue a interrogé 65 personnes, de milieux tout à fait différents. Ce qui ressort de ces entretiens, c’est que la notion de couple n’est plus aujourd’hui ce qu’elle a pu être hier. Peut-être même est-elle bien différente de ce qu’elle sera demain. Hétérosexuelle, bisexuelle, pansexuelle, à deux, trois, ou plus, les dynamiques de couple ont subi une évolution, une libération.

Il est également intéressant de noter les changements qu’impliquent – et qu’imposent parfois – les nouvelles technologies sur nos pratiques et nos visions de la sexualité. « Les progrès scientifiques sont toujours très importants pour expliquer, en partie, l’évolution des mœurs », souligne Janine Mossuz-Lavau. Les relations sont aujourd’hui facilement momentanées et immédiates. Cela n’empêche toutefois pas les belles histoires, celle que l’on voit au cinéma et que l’on rencontre dans les livres. Ne soyons pas aussi pessimistes que crédules.

À lire aussi : Rencontres en ligne, les 3 conseils pour réussir votre 1er rendez-vous

Des tabous levés, mais d’autres, toujours baissés

Le tabou qui ne se défait pas, celui que l’on n’admet pas, c’est l’absence de sexe dans le couple. Ce qu’affirme la sociologue Janine Mossuz-Lavau est effectivement équivoque : « Même dans un dîner de copains très cool, personne ne dira “Ça fait deux ans qu’on ne baise plus”. » Un quart des couples français se trouveraient dans cette situation. « C’est l’aveu d’un échec affectif, dans une société où il existe une injonction au plaisir, voire au bonheur », poursuit-elle.
“Une injonction au plaisir”, c’est en effet peut-être là que se trouve toute la motivation de cette nouvelle libération sexuelle : dans le plaisir et dans le fait d’y succomber.

Pour finir

Parler et faire accepter – ou pas – sa façon de vivre son couple, sa sexualité et ses envies aux autres est possible aujourd’hui. Ceci grâce à l’ouverture d’esprit que nous offre notre temps. Il nous reste encore un long chemin à parcourir, c’est une évidence. Il est néanmoins formidable de pouvoir participer à cette élévation des consciences, à l’ouverture d’esprit et à acceptation de l’autre.

Sources : Europe1 et BFMTV

Articles liés :

Sexualité des femmes : ce que vous avez toujours voulu savoir

Sex friends / sexe entre amis : bonne ou mauvaise idée ?

Quelles sont les 7 questions les plus posées à Google au sujet du sexe ?