in

Des câlins pour être heureux : au moins 5 bienfaits !

câlin
© Pezibear -/ Pixabay
Des câlins pour être heureux : au moins 5 bienfaits !
noté 5 - 1 vote

Tout comme l’acte sexuel, le câlin favorise également la libération d’ocytocine, appelée l’hormone de l’amour car elle augmente notre niveau de bien-être. De nos jours, les écrans et le monde virtuel prennent le pas sur notre quotidien, la solitude et la dépression guettent malgré la volonté d’élargir les réseaux. Pour les éviter, faites des câlins, ils sont salvateurs !

Quels sont les bienfaits du câlin ?

La journée internationale des câlins a été proclamée le 21 janvier dans les années 1970, son objectif est de lutter contre la solitude et la dépression en encourageant les adultes à faire des câlins à leur proches, famille, amis, collègues…

Le câlin ou l’enlacement de deux êtres dans la tendresse et/ou l’amour, entraîne des effets positifs généralement déclenchés par l’ocytocine, l’hormone de l’attachement, chez ceux qui le pratiquent, comme par exemple :

  • des effets apaisants,
  • le renforcement du système immunitaire,
  • le soulagement de la douleur,
  • le développement du cerveau et des capacités cognitives chez le bébé et l’enfant,
  • un état de bonheur, moins de stress.

Certains hôpitaux font d’ailleurs appel à des bénévoles pour donner des câlins aux bébés qui ne sont pas en contact physique régulier avec leur mère. D’autres accueillent nos amis les bêtes (chats, chiens) pour être allègrement caressés par des malades, afin de réduire leur stress avant ou après une opération ou une chimiothérapie.

On sait aussi que les personnes âgées isolées sont plus sujettes à la dépression, au risque d’accident cardiovasculaire ou à un décès prématuré. Peu importe l’âge que l’on a, les câlins apportent toujours du bonheur, un sentiment d’apaisement et du réconfort à ceux qui en donnent et qui en reçoivent.

A l’instar de la dopamine, neurotransmetteur lié au plaisir, l’ocytocine joue également un rôle de protection naturelle face à l’hormone du stress, le cortisol.

Ne prenez pas à la légère le pouvoir des câlins des animaux ! D’après une étude américaine publiée en 2015, la compagnie des chiens favoriserait l’augmentation du niveau d’ocytocine chez leur maître et leurs proches en renforçant les interactions sociales au sein de la famille.

Bref, faites des câlins, pas la guerre !

Source

Articles liés :

Bonheur : donner rend-il plus heureux que dépenser ?

Les animaux, nouveaux remèdes naturels ?

Mieux vaut-il dormir seul ou à deux ?