in

Par quoi sommes-nous complexés au lit ?

© Deagreez / iStock

Certains complexes physiques datent de l’enfance et de l’adolescence, sans compter les diktats de beauté auxquels il faut faire face. Adulte, cette timidité se fait ressentir lors de rencontres amoureuses et sexuelles, impactant ainsi l’épanouissement intime.

L’étude* menée sur 1000 Européens et Américains, s’est attachée à savoir ce qui les rendait mal à l’aise pendant l’acte sexuel, et comment cela influait sur leur vie intime. Les experts ont cherché à identifier les conséquences de ces insécurités, les peurs de formaliser leur gêne, jusqu’au renoncement complet d’activité sexuelle dans certains cas.

Quelle est l’origine des complexes sexuels ?

Les femmes (51%) et les hommes (47%) ont cité comme première raison le fait d’être trop dur avec eux-mêmes, comme origine du manque de confiance sexuelle. Les femmes, à 33%, disent ne pas correspondre aux normes de beauté. Seules 9% d’entre elles citent le fait de ne pas avoir suffisamment de reconnaissance du genre par lequel elles sont attirées comme origine de l’insécurité sexuelle.

 

Les hommes inquiets de leurs performances sexuelles

Le rapport ci-dessous démontre que les femmes semblent davantage soucieuses de leur image corporelle, en comparaison avec les hommes qui sont eux plus inquiets de leurs performances sexuelles. Ils sont d’ailleurs 16% de plus que leurs conjointes à manquer de confiance en eux sur cette question.

 

Quelles parties du corps génèrent le plus d’anxiété sexuelle ?

Le poids décroche la première marche du podium, à l’unanimité pour les hommes et les femmes, avec respectivement 67% et 74% qui se sentent gênés sur ce sujet. Les femmes sont, en outre, davantage complexées par leur ventre ( 57% contre 36% des hommes).

 

Les positions sexuelles qui dérangent

Le manque de confiance en soi et la multiplication des complexes se résument souvent à vouloir se cacher sous la couette, voire à éteindre les lumières pendant l’acte sexuel.
L’étude a aussi remarqué que certaines positions étaient craintes pour ne pas exposer son corps à l’autre. Ainsi, les positions dans lesquelles les partenaires se font face sont deux fois moins populaires que les autres. Parmi les 1000 personnes interrogées, 40% des femmes et 25% des hommes éviteraient le 69 pour des raisons de gêne, et plus d’un homme sur 4 et 20% des femmes éviteraient de pratiquer le sexe debout.

 

Les complexes sont avant tout psychologiques

Sans surprise, 78% des femmes et 61% des hommes manquent de confiance quant à leur image corporelle, quand seulement 19% des hommes et 8% des femmes se disent en réalité soucieux ou gênés par le corps de leur partenaire.
En outre, plus de la moitié des femmes et deux tiers des hommes sont angoissés quant à leurs performances, mais, en réalité, seulement 35% des hommes et 29% des femmes disent être préoccupés par les performances sexuelles de leur partenaire.

 

Se libérer de sa timidité pour s’épanouir

Troubles de l’érection, éjaculation précoce, dépistage, traitement d’IST comme la chlamydia ou encore des solutions contre l’hirsutisme ou la perte de cheveux lorsque ceux-ci deviennent l’objet d’un complexe… Des spécialistes tels que des sexologues ou sexothérapeutes sont là pour aider à se débarrasser de ces angoisses. N’hésitez pas à consulter.

* Étude réalisée en ligne, en 2018 par Zava, sur un échantillon de 1061 personnes ayant eu au moins un partenaire sexuel, et représentant la population européenne à 47% et américaine à 53%.

Source

Articles liés :

Sexe : 8 habitudes qui font durer les couples

Les 3 causes principales d’une libido en berne

Reprendre confiance en soi : 10 conseils simples