in

Pansexualité ou regarder au travers de ce que les autres voient

©️ Sens8 / Netflix
Pansexualité ou regarder au travers de ce que les autres voient
noté 5 - 1 vote

Homosexualité, bisexualité, ces deux termes sont de plus en plus connus. Ils tombent dans le domaine commun notamment grâce aux différents mouvements LGBTQ. Même si certaines pensées – retardataires – sont encore réticentes à accepter la liberté sexuelle, l’acceptation de ces différentes pratiques est grandissante. Mais

Pansexualité ? Vous vouliez dire bisexualité ?

He non ! La bisexualité et la pansexualité sont bien différentes. Mais cette différence est relativement ardue à faire comprendre et à expliquer.
Pour être plus simple, il faut revenir à l’étymologie des deux termes :

  • Le « pan » dans « pansexualité » signifie : TOUS ;
  • Le « bi » de « bisexualité » signifie : DEUX.

Autrement dit, être bisexuelle c’est pouvoir entretenir des relations intimes, avec des membres du même sexe que soi ou des membres de l’autre sexe.
Le pansexualisme est défini par Kim Rice, dans l’Encyclopédie de la sexualité humaine, « comme l’attirance sexuelle, émotionnelle, romantique ou spirituelle pour d’autres personnes sans considération de leur sexe biologique, de leur expression de genre ou de leur orientation sexuelle ». Ainsi, le sexe du partenaire n’aura que peu d’importance. Ce qui comptera, ce sera l’autre, qu’il soit homme, femme, transsexuel, travesti, etc.

La pansexualité dans le rapport aux autres

Exprimer et revendiquer son orientation sexuelle n’est pas une obligation. Elle est intime et privée. Mais la curiosité des gens est sans bornes. Ainsi, expliquer que l’on est pansexuel devient compliqué, car nous ne sommes pas informés sur la pansexualité de la même manière que nous le sommes sur l’homosexualité ou la bisexualité.
Beaucoup de pansexuels vont préférer se « définir » comme étant bisexuels afin d’éviter de se lancer dans des explications, qui souvent ne seront pas entendues.
Cependant aujourd’hui des personnages publics comme Christine and the Queens, ou plus récemment la chanteuse Janelle Monae, revendique leur pansexualisme. Cela permet de parler de ce mode de vie – et d’en faire parler. La journée de la pansexualité (qui a lieu le 23 septembre) est notamment organisé le même jour que celle de la bisexualité. Certes ceci n’améliore pas la compréhension entre les deux pratiques, mais cela permet néanmoins de communiquer dessus.

drapeau-pansexuelle-Pixabay
©️janeb13 / Pixabay

Vivre sa vie

Des études sociologiques ont montré que le terme était assez récent et que sa démocratisation était bel et bien aidé par les célébrités qui prennent la parole. Toutefois, son utilisation devient courante dans le langage, surtout chez les moins de trente ans. Il faut cependant comprendre que cette orientation sexuelle qui tente de briser les barrières des genres est assez typique de la génération 2000.
Toutefois, vivre et assumer son orientation sexuelle peut encore aujourd’hui constituer une épreuve. Témoignages, forums, discussions fourmillent sur internet au sujet de la vie sexuelle. Il n’est pas rare – bien au contraire – de tomber sur des personnes se sentant profondément différentes parce qu’elles ne se reconnaissent dans aucune de ces cases que la société peut imposer.

Le mot de la fin

Les genres tendent à disparaitre. Un bien ou un mal, la question n’est pas là. La liberté est un droit inaliénable, est c’en est de même pour l’amour. Après tout, c’est le bonheur des autres qui compte, vous ne pensez pas ?

Articles liés :

Sur la sexualité les Français ont changé et c’est une bonne nouvelle !

Quel impact a le yoga sur la sexualité ?

Le Slow Sex, l’amour au ralenti