in

Abstinence sexuelle masculine : ces 8 problèmes graves peuvent survenir

© imtmphoto / iStock

Si certains s’abstiennent sexuellement par choix, d’autres la subissent bien malgré eux. Dans les deux cas, l’absence de rapports sexuels entraîne des dangers pour la santé physique et mentale. Faire l’amour régulièrement réduirait les risques de développer des maladies graves voire des cancers. Tour d’horizon.

Thérapie pour les uns, période de repos dans une vie d’excès en tous genres pour les autres, les motivations pour rejoindre le club des abstinents sexuels semblent propres à chacun. Ce qui est sûr, c’est qu’il compte toujours de plus en plus de membres. Les études liées à ce phénomène démontrent pourtant que ce n’est pas une très bonne idée : troubles de l’érection, stress, éjaculation précoce ou tardive. Les symptômes sont nombreux.

1. Des troubles de l’érection deux fois plus fréquents

La raréfaction des rapports sexuels engendre selon les études, la baisse de sécrétion de testostérone. L’abstinence peut alors provoquer des troubles de l’érection. La conclusion d’une d’elles avance que les abstinents ont 50% plus de chance de contracter des dysfonctionnements que les hommes actifs.

2. Une dystrophie du pénis

Comme tout muscle, le pénis doit être entraîné pour fonctionner correctement . Dans le cas d’abstinence sexuelle, le système nerveux qui achemine les signaux de l’excitation, et le système circulatoire qui irrigue le pénis, ne sont plus sollicités.

3. Un risque de développer un cancer de la prostate

Le jeûne sexuel nuirait à la prostate, jusqu’au développement potentiel d’un cancer. Les recherches menées dans ce sens montrent que les hommes ayant des relations sexuelles ont une prostate en bonne santé. En effet, le mâle devra éjaculer au moins 21 fois par mois pour faire baisser de 22% le risque de développer un cancer de la prostate.

4. Une qualité du sperme moins bonne

La science met en cause l’abstinence sexuelle dans la qualité du sperme. En effet, pendant de nombreuses années, on a cru que les hommes des couples souhaitant procréer devaient s’abstenir pendant une semaine ou plus, avant la période d’ovulation de leur conjointe, pour améliorer la qualité de l’éjaculat. Des études plus récentes démontrent, au contraire, que l’absence de rapports sexuels réduirait les chances de concevoir un enfant.

5. Des éjaculations nocturnes récurrentes

troubles de l'érection
© iStock

Conséquence directe de l’absence de rapports et donc de l’engorgement de sperme dans les testicules, les éjaculations involontaires, notamment la nuit, surviendraient plus régulièrement.

6. Un manque d’activité physique

Saviez-vous que faire l’amour équivaut à une dépense énergétique moyenne de 100 calories La testostérone augmente les performances du muscle pendant les exercices physiques. Et moins, on pratique d’activité physique, plus, au moment de la reprise, on sera épuisé.

7. Un moral et une libido en berne

L’abstinence sexuelle agit comme un cercle vicieux : plus les mois et les années sans sexe passent, moins évidemment, on aura envie d’y regoûter. La libido moteur psychologique du désir, se met en berne, mais demande parfois à être titillée. On vous le dit, ne tirez pas un trait sur le sexe sous prétexte que cela ne vous botte plus.

8. Des éjaculations précoces

L’éjaculation précoce constitue le trouble sexuel le plus fréquent chez les abstinents. Le tiers des hommes en est toutefois touché, surtout que ce phénomène existe aussi chez les hommes actifs sexuellement et en bonne santé.
D’autres facteurs sont également en cause : hypersensibilité du gland, anxiété corollaire à la performance sexuelle, raisons génétiques ou encore des difficultés relationnelles avec son/sa partenaire.

Chez les femmes aussi, l’abstinence sexuelle est mauvaise

On sait que les femmes qui ont choisi ou subissent une période sans sexe, ont des troubles vaginaux lors de la reprise de rapports. En effet, elles souffriraient de défaut de lubrification, ainsi que de contractures des muscles périnéaux. Certaines deviennent stressées à l’idée même de reprendre les câlins. Résultat : douleurs et plaisir amoindri.

Source

Articles liés :

Une étude montre que l’huile d’olive peut améliorer les performances sexuelles !

Maladie de Lapeyronie : causes, symptômes et traitement

Pourquoi les hommes sont-ils obsédés par les seins ?